Lyon ...  9 juin 2009 ... Nuits de Fourvière ... concert-hommage à Boris Vian à l'occasion du cinquantième anniversaire de sa disparition ... chansons à boire et engagées, textes poétiques et d'amour, rythmes jazzy ou plus rock.

Dans un silence de mort, Jean-Louis Trintignant ouvre le concert en récitant « Je mourrai d'un cancer de la colonne vertébrale » ... émotion !

La suite est plus festive avec les rythmes blues de Merlot (Je bois), la tendresse d'Agnès Jaoui (Barcelone, Le déserteur), la voix gouailleuse de Carmen Maria Vega (La java des bombes atomiques), la délicatesse d'Amélie-les-Crayons (Natacha chien chien), le rock endiablé de François Hadji-Lazaro (Fais-moi mal Johnny, Rock'n roll'mops) et le style plus alcoolisé de Daniel Darc (J'suis snob).

Après les chansons interprétées par Adrienne Paul et Arthur H (L'âme slave), Jean-Louis Trintignant est revenu clamé un très beau "Je voudrais pas crever".

Accompagnés tout au long du spectacle par les excellents musiciens du big band Le Sacre du Tympan, les artistes ont terminé avec "On n'est pas là pour se faire engueuler".



Tout a été dit cent fois ... Et beaucoup mieux que par moi ... Aussi quand j'écris ces vers ... C'est que ça m'amuse ... C'est que ça m'amuse ... C'est que ça m'amuse et je vous chie au nez.
Boris Vian, extrait du recueil "Je voudrais pas crever" - 1962


Une discographie de Boris Vian | Le petit cahier du grand Boris Vian

Sortie de l'album issu du spectacle "On n'est pas là pour se faire engueuler"  le 22 juin sur le label AZ/Universal.