Accueil Notes Romanes

AN MIL
--- Contexte
--- Chronologie

ART ROMAN
--- Grandes étapes
--- Architecture
--- Sculpture
--- Peinture
--- Symbolisme
--- Epopée cistercienne

GALLERIES PHOTOS
--- Lyon
--- Lyonnais
--- Saône et Beaujolais
--- Brionnais
--- Pyrénées orientales

EXPOS VIRTUELLES
--- Vie du Christ
--- Ancien testament

RESSOURCES
--- Plan du site
--- Liens

A la fin du XIe siècle, quelques moines épris d’absolu estime que l’abondance des décors clunisiens sont un obstacle à la recherche de Dieu. Ils prônent une application plus stricte de la Règle de Saint-Benoît. Ils aspirent à une vie simple faite de pauvreté et d’ascétisme, loin de l’agitation.

Leur mode de vie et par conséquent l’architecture des cisterciens visera à l’essentiel : plus de tours, plus de flèches triomphalistes, plus d’églises géantes, mais des bâtiments simples, à l’intérieur ni fresque, ni vitrail de couleur, ni autel revêtu d’or. Le plan de l’église, en forme de croix latine, se distingue du plan clunisien par la forme du chevet : le fond de l’abside est plat, la nef centrale comporte un seul niveau formé de huit grandes arcades, les verrières situées dans les bas-côtés et aux deux extrémités de l’édifice sont incolores.

L’église est couverte d’une voûte en berceau brisé. Vue de l’extérieur, elle apparaît basse et trapue. Sa silhouette diffère peu de celle d’une grange.

Ici l’architecture est à l’état pur ; mais avant toute chose elle est d’ordre spirituelle.

Le Thoronet, Sénanque, Silvacane, Fontenay, … qu’on soit croyant ou incroyant, on ressent une atmosphère de sérénité : bien-être de vastitude dans l’église, délectation de l’intimité du cloître, poésie de la limpidité de la fontaine, …

Chaque pièce a son ambiance :

- l’ambiance dilatée de l’église élève l’âme,

- l’ambiance condensée de la salle capitulaire encourage la réflexion communautaire,

- l’ambiance ramassée du chauffoir invite à se blottir autour du feu.

A visiter sur ce site : Sénanque