Lyon, Primatiale Saint-Jean-Baptiste

Sa construction, décidée au début du XIIe siècle par l’abbé Gauceran, le fondateur d’Ainay, moine clunisien devenu archevêque de Lyon, durera cinq siècles.

La primatiale des Gaules n’est qu’en partie romane (abside et chapelles latérales à chevet plat).

1. Manécanterie : sa façade du XIe siècle s'allonge au sud de la primatiale. Elle abrite des plus prestigieuses pièces du Trésor de Saint-Jean.

2. Dans la chapelle de la Vierge, le vitrail le plus ancien (XIIe) : vie de Saint-Pierre et de Saint-Paul.

3. Chapelle de la Croix (XIIe).

4. Le chœur d'architecture romane jusqu'à la racine des voûtes (XIIe).

Au-dessus de l’abside, des arcatures aveugles s’élancent d’un pilastre central à des colonnettes couronnées d’une frise de palmettes. Les chapiteaux des pilastres évoquent la vie du Christ ou sont décorés de feuillages.

Dans les sept faces de l’abside, les fenêtres lancéolées sont surmontées d’une galerie de fenêtres en plein-cintre. Cette galerie, formée de petites baies jumelées s’appuyant au centre sur un pilastre et de chaque côté sur des colonnettes, parcourt les bras du transept et ménage de passage de la partie romane à la nef et aux bas-côtés gothiques.

 

 

Visites : le 3ème mercredi et le 3ème samedi de chaque mois (RDV à l'intérieur, au début de la nef centrale à 15h)