Accueil Notes Romanes

AN MIL
--- Contexte
--- Chronologie

ART ROMAN
--- Grandes étapes
--- Architecture
--- Sculpture
--- Peinture
--- Symbolisme
--- Epopée cistercienne

GALLERIES PHOTOS
--- Lyon
--- Lyonnais
--- Saône et Beaujolais
--- Brionnais
--- Pyrénées orientales

EXPOS VIRTUELLES
--- Vie du Christ
--- Ancien testament

RESSOURCES
--- Plan du site
--- Liens

 Les édifices romans n’ont pour la plupart jamais eu, à l’exception de l’architecture cistercienne, cet aspect austère que procure la nudité des murs à pierres apparentes. Partout les églises romanes étaient couvertes d’un décor peint : au tympan des portails et à l’intérieur de l’édifice, sur les murs, les piliers, les chapiteaux, sous les voûtes.

Le répertoire répond au désir d’embellir mais aussi d’instruire les fidèles. Les peintres romans usent du signe et du symbole dans un art qui s’est détaché du réalisme issu de l’Antiquité.

Les œuvres contiennent un message, elles tendent à la schématisation et au hiératisme. Elles ne prennent en compte ni la perspective, ni le volume, ni les proportions entre les composants et intègrent rarement le paysage.

 La fragilité des techniques utilisées explique la rareté des œuvres concernées. En France, l’ensemble le plus complet et le mieux conservé de cette époque est celui de Saint-Savin. Les peintures couvrent la quasi totalité de l’édifice : crypte, porche, tribune, et bien sûr nef (ensemble le plus connu).