J10, Turfan 吐魯番 


Minaret d'Emin


Bezeklik


Un karez

250.000 habitants (70% d’ouïghours)
Altitude : 80 m sous le niveau de la mer
900 km de Dunhuang, 200 km d'Urumqi
+ d'infos sur wikipédia

Située au sud de l'extrémité orientale des Tian Shan, la dépression de Turfan se siture 154m sous le niveau de la mer, le fond étant le lac Aydingkol; c'est le point le plus bas de la planète après la Mer Morte. La ville est à 80 m sous le niveau de la mer; elle ne reçoit que 16 mm de pluie par an; c'est l'un des points les plus chauds de Chine. Malgré celà, la ville ne manque pas d'eau car elle a toujours été alimentée par un réseau de près de 500 karez qui totalisent plus de 1600 km de tunnels à 70 m de profondeur. Ce système d’irrigation qui fonctionne depuis plus de 2000 ans consiste en une série de puits reliés entre eux par des canalisations souterraines qui transportent de l’eau de fonte des glaciers jusqu’aux oasis. Garder les canalisations libres d’obstruction est un travail incessant, comme l’indiquent les monticules de terre à côté de chaque puits.

Turfan est depuis des siècles le centre d'une oasis fertile (production de raisins et de melons, entre autres) et une importante cité commerciale de la Route de la soie.

Dans les rues poussiéreuses de la ville, les maisons spacieuses aux murs de terre sèchée, couleur biscuit, donnent sur des terrasses ombragées par la vigne grimpante, où les habitants, étendus sur des tapis de laine ou de feutre, mangent, se reposent et devisent familièrement. Flanquant la maison, on trouve souvent une haute pièce aux briques ajourées, utilisée pour sécher le raisin; au bout de 50 jours, le raison sec est prêt à la vente. Plusieurs rues de Turfan sont recouvertes de treillis sur lesquels pousse de la vigne grimpante.

Une des spécialités locales est le poisson salé, un poisson séché en croûte de boue et de sel pêché dans les lacs environnants lorsque ceux-ci commencent à s’assécher en été. Le matin, du lait frais et des yogourts sont en vente dans les rues. Les fruits frais sont disponibles selon la saison : abricots, pêches, mûres, pastèques, melons, ...

Vidéo CCTV

Le minaret d’Emin situé à 3 km à l’est de la ville est un des joyaux architecturaux de la Route de la Soie; haut de 44 m, il fut érigé au XVIIIe siècle; c’est un fuseau de simples briques séchées au soleil, décoré de motifs géométriques et floraux.

La vallée des raisins (entrée payante) est une gorge située à l'est de Turfan, à l'extrémité des montagnes Flamboyantes; un complexe touristique où on goûte raisins, melons, ... selon la saison. Turfan produit une centaine de raisins, le plus connu étant le raisin blanc sans pépins, de forme allongée (production de 60 tonnes à l'hectare).

Les ruines de la ville antique de Jiaohe se trouve à 18 km à l’ouest de Turfan perchées sur une terrasse étroite surplombant de 20 à 30 m deux rivières. La "Ville des falaises" atteignit son apogée sous les Ouïghours au IXe siècle, mais fut détruite par les rébellions mongoles et abandonnée au XIIIe siècle.

Les ruines de la ville antique de Gaochang se trouvent à 40 km à l'est de Turfan. Construite au IIe siècle av JC comme ville de garnison, elle devient la capitale du royaume de Gaochang. C'est à partir de Gaochang que le bouddhisme s'est introduit en Chine : de nombreux monastères, temples et de vastes communautés religieuses s'y installèrent et c'est dans le temple de Gaochang que le moine Xuan Zang dispensa son enseignement pendant plusieurs mois à son retour d'Inde. C'est là que les Ouïghours fondèrent le royaume de Kharakhodja au IXe siècle et introduisirent le manichéisme.

Non loin de Gaochang, se trouvent la nécropole d'Astana., où étaient enterrés les morts des familles règnantes de Gaochang. Trois tombes sont ouvertes au public et sont accessibles par des passages étroits à cinq mètres sous terre, elles contiennent des peintures décolorées : dans la première, une fresque représente les symboles de vertus confucéennes (l'Homme de Jade, l'Homme d'Or, l'Homme de Pierre et l'Homme de Bois), dans la seconde, des oiseaux de bon augure et dans la troisième les momies d'un homme et d'une femme;

Au nord-est de Turfan s’étendent les montagnes Flamboyantes, des collines de calcaire rouge qui semblent être dévorées par des langues de feu au coucher de soleil. Cachées dans une falaise surplombant la rivière Murtuk, les grottes de Bezeklik (55 km de Turfan), qui datent de 300 à 1300, étaient un centre bouddhique important.


Photos et carnet de route

J10 matin : visite Gaochang, Astana et Bezeklik
J10 après-midi : visite Jiaohe, Emin et vallée des raisins. Nuit au Turfan Hôtel.

Route (3h) jusqu'à Urumqi