Blog Edelo

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Trésors

Fil des billets

Gaston Miron, la marche à l'amour



Tu as les yeux pers des champs de rosée, Tu as des yeux d'aventure et d'années-lumière
La douceur du fond des brises au mois de mai. Dans les accompagnements de ma vie en friche
Avec cette chaleur d'oiseau à ton corps craintif. Moi qui suis charpente et beaucoup de fardoches
Moi je fonce à vive allure et entêté d'avenir. La tête en bas comme un bison dans son destin
La blancheur des nénuphars s'élève jusqu'à ton cou. Pour la conjuration de mes manitous maléfiques
Moi qui ai des yeux où ciel et mer s'influencent. Pour la réverbération de ta mort lointaine
Avec cette tache errante de chevreuil que tu as. Tu viendras toute ensoleillée d'existence
La bouche envahie par la fraicheur des herbes. Le corps muri par des jardins oubliés
Où tes seins sont devenus des envoûtements. Tu te lèves, tu es l'aube dans mes bras
Où tu changes comme les saisons. Je te prendrai marcheur d'un pays d'haleine
A bouts de misère et à bout de démesures. Je veux te faire aimer la vie notre vie
t'aimer fou de racines à feuilles et grave. De jour en jour à travers nuits et gués
De moellons nos vertus silencieuses. Je finirai bien par te rencontrer quelque part.
Et contre tout ce qui me rend absent et douloureux. Par le mince regard qui me reste au fond du froid
J'affirme ô mon amour que tu existes. Je corrige notre vie.
Nous n'irons plus mourir de langueur. A des milles de distance dans nos rêves bourrasques
Des filets de sang dans la soif craquelée de nos lèvres. Les épaules baignées de vols de mouette. Non
J'irai te chercher nous vivrons sur la terre. La détresse n'est pas incurable qui fait de moi
Une épave de dérision, un ballon d'indécence. Un pitre aux larmes d'étincelles et de lésions profondes
Frappe l'air et le feu de mes soifs. Coule-moi dans tes mains de ciel de soie
La tête la première pour ne plus revenir. Si ce n'est pour remonter debout à ton flanc
Nouveau venu de l'amour du monde. Constelle-moi de ton corps de voie lactée
Même si j'ai fait de ma vie dans un plongeon. Une sorte de marais, une espèce de rage noire
Si je fus cabotin, concasseur de désespoir. J'ai quand même idée farouche
De t'aimer pour ta pureté. De t'aimer pour une tendresse que je n'ai pas connue
Dans les giboulées d'étoiles de mon ciel L'éclair s'épanouit dans ma chair
Je passe les poings durs au vent. J'ai un coeur de mille-chevaux vapeur
J'ai un coeur comme la flamme d'une chandelle. Toi tu as la tête d'abîme douce n'est-ce pas
La nuit de saule dans tes cheveux. Un visage enneigé de hasards et de fruits
Un regard entretenu de sources cachées. Et mille chants d'insectes dans tes veines
Et mille pluies de pétales dans tes caresses. Tu es mon amour
Ma clameur mon bramement. Tu es mon amour ma ceinture fléchée d'univers
Ma danse carrée des quatre coins d'horizon. Le roet des échevaux de mon espoir
Tu es ma réconciliation batailleuse. Mon murmure de jours àmes cils d'abeille
Mon eau bleue de fenêtre. Dans les hauts vols de building. Mon amour
Des fontaines de haies de ronds-points de fleurs.
Tu es ma chance et mon encerclement. A cause de toi
Mon courage est un sapin toujours vert. Et j'ai du chiendent d'achigan plein l'âme
Tu es belle de tout l'avenir épargné. D'une frêle beauté soleilleuse contre l'ombre
Ouvre-moi tes bras que j'entre au port. Et mon corps d'amoureux viendra rouler
Sur les talus du mont Royal. Original quand tu brames original
Coule-moi dans ta plainte osseuse. Fais-moi passer tout cabré tout empanaché
Dans ton appel et ta détermination. Montréal est grand comme un désordre universel
Tu es assise quelque part avec l'ombre et ton coeur. Ton regard vient luire sur le sommeil des colombes
Fille dont le visage est ma route aux réverbère. Quand je plonge dans les nuits de source
Si jamais je te rencontre fille. Après les femmes de la soif glacée
Je pleurerai te consolerai. De tes jours sans pluies et sans quenouilles
Des circonstances de l'amour dénoué. J'allumerai chez toi les phares de la douceur
Nous nous reposerons dans la lumière. De toutes les mers en fleurs de manne
Puis je jetterai dans ton corps le vent de mon sang. Tu seras heureuse fille heureuse
D'être la femme que tu es dans mes bras. Le monde entier sera changé en toi et moi
La marche à l'amour s'ébruite en un voilier. De pas voletant par les lacs de portage
Mes absolus poings. Ah violence de délices et d'aval.
J'aime. Que j'aime. Que tu t'avances. Ma ravie
Frileuse aux pieds nus sur les frimas de l'aube
Par ce temps profus d'épilobes en beauté. Sur ces grèves où l'été
Pleuvent en longues flammèches les cris des pluviers. Harmonica du monde lorsque tu passes et cèdes.
Ton corps tiède de pruche à mes bras pagayeurs. Lorsque nous gisons fleurant la lumière incendiée
Et qu'en tangage de moisson ourlée de brises. Je me déploie sur ta fraîche chaleur de cigale
Je roule en toi. Tous les saguenays d'eau noire de ma vie. Je fais naître en toi
Les frénésies de frayères au fond du coeur d'outaouais. Puis le cri de l'engoulevent vient s'abattre dans ta gorge
Terre meuble de l'amour ton corps. Se soulève en tiges pêle-mêle
Je suis au centre du monde tel qu'il gronde en moi. Avec la rumeur de mon âme dans tous les coins
Je vais jusqu'au bout des comètes de mon sang. Haletant. Harcelé de néant. Et dynamité
De petites apocalypses. Les deux mains dans les furies dans les féeries. Ô mains. ô poings
Comme des cogneurs de folles tendresses. Mais que tu m'aimes et si tu m'aimes
S'exhalera le froid natal de mes poumons. Le sang tournera Ô grand cirque
Je sais que tout mon amour. Sera retourné comme un jardin détruit
Qu'importe je serai toujours si je suis seul. Cet homme de lisière à bramer ton nom
Eperdument malheureux parmi les pluies de trèfles. Mon amour ô ma plainte
De merle-chat dans la nuit buissonneuse. Ô fou feu froid de la neige
Beau sexe léger ô ma neige. Mon amour d'éclairs lapidée. Morte
Dans le froid des plus lointaines flammes. Puis les années m'emportent sens dessus- dessous
Je m'en vais en délabre au bout de mon rouleau. Des voix murmurent les récits de ton domaine
A part moi je me parle. Que vais-je devenir dans ma force fracassée.
Ma force noire du bout de mes montagnes. Pour te voir à jamais je déporte mon regard
Je me tiens aux écoutes des sirènes. Dans la longue nuit effilée du clocher de Saint-Jacques
Et parmi ces bouts de temps qui halètent. Me voici de nouveau campé dans ta légende
Tes grands yeux qui voient beaucoup de cortèges. Les chevaux de bois de tes rires.
Tes yeux de paille et d'or. Seront toujours au fond de mon coeur
Et lis traverseront les siècles. Je marche à toi, je titube à toi, je meurs de toi
Lentement je m'affale de tout mon long dans l'âme. Je marche à toi, je titube à toi, je bois
A la gourde vide du sans de la vie. A ces pas semés dans les rues sans nord ni sud
A ces taloches de vent sans queue et sans tête. Je n'ai plus de visage pour l'amour
Je n'ai plus de visage pour rien de rien. Parfois je m'assois par pitié de moi
J'ouvre mes bras à la croix des sommeils. Mon corps est un dernier réseau de tics amoureux
Avec mes doigts à la ficelle des souvenirs perdus. Je n'attends pas à demain je t'attends
Je n'attends pas la fin du monde je t'attends. Dégagé de la fausse auréole de ma vie.

Jean

Baptiste a maintenant un petit frère, Jean né le 16 avril et on l'aime tous très fort !

Baptiste

Baptiste est né le 4 août et on l'aime tous très fort !
Sans rien faire, il a déjà beaucoup fait : un papi nouveau est arrivé !

Croix du sud dans le ciel austral

La Croix du Sud est la plus petite de toutes les constellations de l'hémisphère sud. Elle est entourée sur trois côtés par le Centaure et au sud par la Mouche.

α (Acrux : Alpha Crucis) est constituée de deux géantes bleues. β (Becrux : Beta Crucis ou Mimosa) est une géante bleue. γ (Gacrux : Gamma Crucis) est une géante rouge. δ et ε sont les deux autres étoiles les plus brillantes de cette constellation. En dessous de la Croix du Sud, on distingue une tache sombre appelée le Sac à charbon; c'est la principale nébuleuse obscure du ciel. La Croix du Sud contient également un amas d'une centaine d'étoiles, connu sous le nom de Boîte à bijoux, à l'est de Becrux (β).

On peut déterminer le pôle sud céleste en suivant la ligne formée par Acrux (α) et Gacrux (γ). En traçant la bissectrice du segment reliant α et β du Centaure, le point où cette droite rencontre la ligne précédente est le pôle sud magnétique.

Voir d'autres constellations du ciel austral.

Musée Soulages, Rodez

Une série de boîtes en acier corrodé, pour accueillir l'oeuvre au noir de l'enfant du pays, le musée Soulages a ouvert ses portes, à Rodez, fin mai. Un musée né de la donation faite à sa ville natale, au cours des années 2000 à 2010, d'une centaine de toiles, dont quelques oeuvres de jeunesse encore figuratives, de peintures sur papier et d'estampes. Sans oublier les cartons des sublimes vitraux dessinés pour l'abbatiale de Conques, bijou de l'art roman, à 40 km de là. Toiles immenses, épaisses et noires, grattées, scarifiées ou impeccablement lisses, jamais pareilles suivant d'où on les regarde.



"Un jour en 1979, dans mon atelier, je pataugeais dans le noir, je ne savais comment m'en sortir. Je suis allé dormir. A mon réveil, j'ai vu. Vu du noir surgir la lumière. Vu comment le champ mental pouvait être atteint par ce phénomène. Je l'ai alors appelé "outre-noir", comme on dit outre-mer, car il s'agit d'un autre pays du noir.", Soulages

Mariage d'Elsa et de Pierre-Luc, 17 mai 2014

no comment ...

Histoire de Lyon et du christianisme des cinq premiers siècles

En souvenir d’une semaine mémorable passée avec le père Joseph Gross à arpenter les rues de Lyon pour comprendre les débuts du christianisme à Lyon ...

Télécharger le dossier (PDF, 1 Mo)

Moissac, un parfum d'éternité

Le cloître et le portail de l’abbatiale Saint-Pierre de Moissac correspondent à deux moments du développement de l'art roman, en 1100 puis entre 1115 et 1130. Le second en est l'un des chefs-d'oeuvre les plus accomplis, et son tympan témoigne d'un art parvenu à la pleine maîtrise de ses moyens plastiques. A l'inverse, le cloître est l'un de ces chantiers qui nous font assister aux débuts de la sculpture romane. Il s'agit en effet du plus ancien cloître historié.

Télécharger le descriptif du portail et du cloître (pdf, 3 Mo)

Moissac se trouve dans le Tarn-et-Garonne en région Midi-Pyrénées. L'abbaye est inscrite au Patrimoine Mondial de l'Unesco depuis 1998 au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Wikipedia

Hier et aujourd'hui, Rome reconstruite ...

Cartes : Les 7 collines de Rome | Rome impériale | Rome en 1549

Reconstitution 2D/3D de la Rome antique :


Nebbia, instant de poésie au Théâtre des Célestins de Lyon

Un maître de cérémonie et son ami le pêcheur de lumière, un village brumeux où l'échoppe du boucher cache une apprentie gracile et touchante de fragilité, un champ où poussent des assiettes, une trampoline pleine de souvenirs d'enfants en vacances, une roue étoilée métallique qui tournoie dans les airs sous la pulsion des acrobates qui s'y nouent, un couple juvénile et pourtant si grave qui s'élève et se couche suivant le jeu de leurs mains, une fête foraine où le fou du village touche à ce qu'il y a d'universel en chacun de nous, ... musique magnifique, mise en scène qui offre des trésors de tableaux et d'images magiques, émotion devant une beauté profondément humaine.


Site du Cirque Eloize | Site du spectacle Nebbia

Vin de coucou


Autres fleurs pour vins fins : sureau, aubépine, camomille, ...

Lecteur de pensée


Pensez-vous qu'un ordinateur puisse lire dans vos pensées ? Essayez, vous verrez que c'est possible !


Vous avez aimé alors pensez fort à une personne et rendez-vous sur Akinator
Vous êtes fan alors pensez à un objet et rendez-vous sur 20Q

Chercher des photos sur FlickR avec TagGalaxy

Cliquer ici ...

Théorie du chaos

"L'hymne de création du Rig Veda raconte qu'au début il n'y avait pas d'air, pas de ciel, pas de mort ni d'immortalité. Le jour et la nuit n'existaient pas et il n'y avait que la respiration de l'Un. Ensuite, la création survint. Personne ne sait comment elle se produisit et le Rig Veda dit que peut-être même l'Un n'en sait rien" [ ... ]

Worldmeter

Etonnant, effrayant, décapant, dérangeant, ... le worldometer !

Alex Mac Lean

Depuis plus de trois décennies, l'américain Alex MacLean, 61 ans, photographie le monde d'en-haut à la recherche des empreintes que l'homme laisse au sol : champignons urbains bâtis en plein désert, golfs verdoyants plaqués sur des collines arides, forêts décimées, parkings sans fin, ... autant de cicatrices indélébiles creusées dans notre planète.

Des photos à la fois belles et inquiétantes qui mettent en lumière les téléscopages entre la nature et notre culture, et forcent au questionnement.
Le site d'Alex MacLean

silence, élégance, réserve

Trois vertus essentielles sont aujourd'hui oubliées : le silence, l'élégance, la réserve. On leur préfère le bruit (un trop-plein pour masquer le vide), la vulgarité (l'idole sacralisée, l'élite destituée), l'épanchement public (le déballage plutôt que la pudeur).

Peinture d'Agueda Lozano

Rain, comme une pluie dans tes yeux

La douce et belle tristesse que l'on ressent au coucher du soleil, une émotion pleine d’espoir, de joie et de tendre nostalgie, comme un étrange besoin de retourner à la maison, celle d'où l'on vient, celle-là où une famille jadis, s'est établit et d'où nos racines sont issues …

Lyon, Théâtre des Célestins, 19 février 2008
Le site du spectacle | Le cirque Eloize | Le Théâtre des Célestins

Créature contre créateur

compulsif, adhésif, décisif,
réactif, émotif, intrusif,
combatif, incisif, défensif,
offensif, impératif, définitif,
y s'rebiffe ...

Spirale de Bernouilli

Jacob Bernoulli aimait particulièrement la spirale logarithmique, et ses propriétés d'invariance. Il demanda à ce que l'on en grave une sur sa tombe, accompagnée des mots "Eadem mutata resurgo" ("elle renait changée en elle-même"). Hélas, le graveur, mauvais mathématicien, dessina une spirale d'Archimède !

Au pays des mathématiques magiques malicieuses et... très sérieuses : tours de magie interactifs, télépathie, énigmes, jeux, puzzles magiques, illusions géométriques, paradoxes, trucs malins, anecdotes historiques, ... et une spirale d'or.

A lire : "La mémoire fantôme" de Franck Thilliez - Entre nombre-univers, spirale de Bernouilli, mathématiques de haut niveau, nouvelles technologies, pathologie mnésique et tueurs en série, un thriller noir, très noir ...

- page 1 de 2