Close

Not a member yet? Register now and get started.

lock and key

Sign in to your account.

Account Login

Forgot your password?

Empires Maurya et Gupta (-500/1000)

Dès le Ve siècle, le royaume de MaghadaW s’était formé au sud du Gange. Sa puissance était fondé sur la présence de minerai de fer, la prospérité de la riziculture, la position de ce territoire sans adversaire sur son flanc oriental et son éloignement des régions occidentales occupées par les Perses.

L’expédition d’Alexandre le GrandW à travers l’Hindu Kush, dans le nord de l’Inde, en 326 av JC, n’a pas laissé de traces sensibles dans l’histoire indienne. Mais en modifiant les équilibres politiques à l’ouest, elle a facilité l’émergence d’un pouvoir proprement indien débarrassé de la puissance perse. Le millénaire qui s’étend des souverains Maurya aux Gupta (du IVe siècle av JC au VIe siècle ap JC) constitue l’apogée de la civilisation indienne classique.

Carte de l'Empire MauryaEn 321 av JC, un aventurier, Chandragupta MauryaW, s’empare du royaume de Magadha dont il fait le noyau du premier Empire pan-indien : celui des MauryaW, qui vont entreprendre une conquête souvent violente de l’Inde.

Selon Megasthenes, ambassadeur grec à la cour maurya, PâtaliputraW (aujourd’hui Patna) avait une circonférence de 34 km, ce qui en faisait la plus grande ville de l’époque..

Chandragupta remporte une victoire décisive sur les successeurs d’Alexandre qui lui donne le contrôle de tout l’espace situé à l’est des montagnes de l’Afghanistan.

Petit-fils du fondateur de la dynastie, AshokaW (273-232 av JC) est le seul souverain de l’Inde ancienne dont la tradition ait fait un personnage historique exceptionnel. Sous son règne, le bouddhisme, qui est enseigné dans les grandes universités de Nalanda et Taxila, se diffuse dans toute l’Inde.

A la mort d’Ashoka, l’Empire se morcelle : une Inde du Gange aux mains de la dynastie ShungaW, une Inde du Nord-Ouest, où des aventuriers grecs venus de Bactriane se taillent des royaumes, et une Inde du Centre et du Sud, où les principautés locales (Andhra, Kalinga, Pandya) s’affirment.

Les Shunga sont renversés à leur tour par les Kanva (de 73 à 25 av. J.-C.), pendant que les Grecs sont éliminés par les ScythesW, qui, chassés par les turbulences de l’Asie centrale, s’implantent à leur tour dans l’Inde du Nord-Ouest au cours du Ier siècle av JC.

C’est alors qu’une nouvelle vague d’envahisseurs indo-européens venus d’Asie centrale, les KouchansW, s’installent des passes de l’Asie centrale à la vallée de l’Indus et à celle du Gange, et redonne ainsi une cohésion impériale au monde indien. Ce nouvel Empire connaît son apogée au Ier siècle ap JC avec l’empereur KanishkaW. Il fixe sa capitale à Mathura, au sud de l’actuelle Delhi, et se proclame sur le modèle d’Ashoka le protecteur du bouddhisme dont il favorise l’expansion vers la Chine à travers l’Asie centrale. C’est à cette époque qu’on commence à représenter, dans l’art, le Bouddha et les dieux hindous sous une apparence humaine.

Carte de l'Empire GuptaLa fondation, vers 320, de l’empire des GuptaW par Chandragupta Ier donne naissance à une période de croissance économique et de développement culturel de près de cent-soixante ans. Cette période est souvent présentée par les historiens comme l’âge d’or du classicisme indien. La prospérité et la tolérance religieuse de cet empire sont attestées par FaxianW, un moine chinois qui était venu en Inde en 399-410 pour chercher des textes bouddhiques authentiques.

L’hindouisme, après un long déclin, renait tout en ayant assimilé certaines caractéristiques du bouddhisme. Après avoir atteint son apogée sous le règne de Chandragupta II, fils du précédent, l’empire, qui dominait toute la partie nord de l’Inde, s’effondre vers 550, aussi bien en raison de l’indépendance croissante des feudataires que de l’invasion des HunsW.

Jusqu’au XIe siècle, l’Inde reste dans un état permanent de guerre, morcelée entre divers royaumes rivaux où se succèdent plusieurs dynasties. HarshaW, dernier grand monarque bouddhiste de l’histoire indienne, restaure en partie l’empire gupta de 606 à 647.  Il est notamment connu grâce aux récits du pèlerin chinois XuanzangW. La dynastie PalaW, au Bihar et au Bengale, connaît son apogée avec le roi Dharmapala (770-810) sous lequel le bouddhisme est introduit au Tibet.

Le demi-millénaire qui suit la chute des Gupta correspond au début du Moyen-Age européen, à l’apogée de Byzance et à l’émergence de l’islam comme force unificatrice au Moyen-Orient et dans le bassin méditerranéen.

Carte de l'Empire CholaEntre le VIe et le XIIe siècle se produit un déplacement des équilibres entre le nord et le sud de l’Inde : la péninsule devient la région la plus dynamique de l’Inde.

C’est l’un des anciens lignages tamouls, les CholaW, qui s’affirme au cours du Xe siècle comme le pouvoir dominant dans le sud-est de la péninsule et conquièrent une grande partie de l’Inde.

Aux yeux des historiens militants tamouls du XXe siècle, l’empire chola représente un apogée classique rivalisant avec celui de l’empire gupta dans le nord un demi-millénaire plus tôt, dans lequel la perfection de la langue tamoule égale celle du sanskrit.

Au XIIe siècle, la puissance des Chola s’effrite et chacune des régions qui composaient leur empire retrouve son indépendance.