Close

Not a member yet? Register now and get started.

lock and key

Sign in to your account.

Account Login

Forgot your password?

Adivasi, tribus aborigènes de l’Inde

Adivasi, tribus aborigènes de l’Inde
 

Les peuplades aryennes, venues d’Asie centrale, se sont implantées dans le nord de la péninsule entre 1600 et 1000 av JC. En se mêlant aux ethnies locales, elles ont progressivement donné naissance à une population indo-aryenne, aujourd’hui majoritaire dans le nord du pays.

Tandis que certaines tribus se mêlaient aux envahisseurs aryens, d’autres furent chassées vers le sud de la péninsule. D’autres encore se réfugièrent dans les zones de montagnes et de forêts et survécurent jusqu’à aujourd’hui, conservant une partie de leurs coutumes et croyances. Elles représentent environ 8% de la population, soit près de 80 millions d’individus, selon le recensement de 1991 et relèvent de la catégorie des scheduled tribes (« tribus recensées »), ce qui leur ouvre des avantages : bourses d’étude, quotas de places dans les universités et les administrations. AdivasiW est un terme générique pour désigner ces populations autochtones de l’Inde

Un important regroupement des tribus est installé dans la ceinture qui entoure les chaînes himalayennes (Jammu, Cachemire, Himachl Pradesh, Uttar Pradesh, Assam, Meghalaya, Tripura, Arunachal Pradesh, Mizoram, Manipur, Nagaland). Un autre regroupement est installé dans la région vallonnée de l’Inde centrale (Madhya Pradesh, Orissa et Andhra Pradesh) entre la rivière Narmada au nord et la rivière Godavari au sud-est. D’autres tribus, comme les Santal, vivent au Bihar et au Bengale Ouest. Les pourcentages des populations tribales de chaque Etat diffèrent considérablement. Dans certains Etats du Nord-Est, comme l’Arunachal Pradesh, le Maghalaya, le Mizoram et le Nagaland, plus de 90% de la population est tribale. Cependant dans les autres Etats du Nord-Est, comme l’Assam, le Manipur, le Sikkim et le Tripura, les tribus constituent entre 20 et 30% de la population. L’Inde centrale accueille les tribus les plus importantes (75% de la population totale), bien que leur population n’atteigne que 10% du total de la population locale. On trouve également des grandes communautés tribales au Maharashtra, à Orissa et au Bengale Ouest. Dans le Sud, envirton 1% des populations du Kerala et du Tamil Nadu est tribal, contre près de 6% de la population de l’Andhra Pradesh et du Karnataka.

La constitution indienne reconnait une liste de 744 « scheduled tribes ». Elles vont, par ordre d’importance, des Gond (près de 8 millions) et des Santal (6 millions) jusqu’au 18 Chaimal survivant dans les îles d’Andaman. Le recensement de 1931 estimait à 22 millions les membres des tribus; en 1941, on n’en recensait plus que 10 millions, mais vers 1961, quelque 30 millions sont recensés et plus de 80 millions en 2001. Les 60 plus grandes tribus représentent 80% de la poulation aborigène totale.

Présentation de quelques tribus aborigènes de l’Inde

Les Gonds

Avec près de 8 millions d’individus, ils forment le groupe aborigène le plus nombreux de l’Inde. Ils parlent le gondi, une langue dravidienne non écrite,  et pratiquent l’exogamie au sein de leurs groupes. Les Râj Gond, Muria, Maria, Padal, Dholi, Dadare, Katulya, Râghuval, Kolam mènent des styles de vie très différents, certains étant cultivateurs ou pasteurs, d’autres danseurs et musiciens itinérants. Certaines tribus Gond pratiquaient des sacrifices humains jusqu’au milieu du XIXe siècle. Wikipedia (anglais)

Les Santâls

Environ 6 millions, ils sont installés dans divers États du nord-est de l’Inde et parlent le munda. Wikipedia (anglais)

Les Meenas

Farouches guerriers que les Rajputs kachhvahas chassèrent d’Amber au XIIe siècle pour y établir leur capitale, ils constituent plus de la moitié de la population tribale du Rajasthan. Ils vivent dans l’est de la région, autour de Jaipur et d’Alwar, ainsi qu’au Shekhawati. Ils conservèrent longtemps des liens étroits avec la dynastie des kachhvahas, servant dans son armée et gardant son trésor. ils se signalent par une taille élancée et des traits fins, et excellent dans l’agriculture. Wikipedia (anglais)

Les Bhils

Les Bhils forment l’une des plus importantes tribus aborigènes de l’Inde et sont établis dans les États du Gujarat, Madhya Pradesh, Maharashtra et Ràjasthàn (autour de Chittaurgarh et d’Udaipur); en Inde occidentale et centrale, aussi bien que dans le Tripura en Inde d’Extrême-Orient, sur la frontière avec le Bangladesh. Ils parlent les langues de Bhil, un groupe de langues indo-aryennes. Réputés pour leur adresse au tir à l’arc et leur courage au combat, ils furent associés à toutes les luttes contre les Moghols. Ils pratiquent le mariage d’amour et parfois la polygamie. La magie et la sorcellerie continuent d’imprégner fortement leurs rites. Wikipedia (anglais)

Les Garasias

Ils représentent environ 5% de la population aborigène du Rajasthan, ces anciens guerriers à la petite stature, devenus agriculteurs et dévôts de Krishna, sont réputés pour leurs mariages par enlèvement. On les rencontre surtout autour du Mount Abu. Wikipedia (anglais)

Les Nagas

Les Nagas comptent environ deux millions et demi de représentants au Nord-Est de l’Inde répartis entre les États du Nagaland, du Manipur, de l’Assam, de l’Arunachal Pradesh et à proximité de la frontière avec la Birmanie. Originaires du Yunnan et de Birmanie, leurs dialectes s’apparentent à la famille des langues tibéto-birmanes. Ils sont évangélisée à plus de 80 % dans le Nagaland (l’un des taux les plus élevés de l’Inde). La pratique du tatouage, bien qu’en déclin, joue un rôle important dans leur culture traditionnelle. La coutume de chasser les têtes, encore pratiquée jusque dans les années 1960, a été interdite en 1991. Wikipedia (anglais)

Les Bondas

Environ 5000, ils vivent dans les régions montagneuses de l’Etat d’Orissa. Leur langue appartient à la famille des langues austro-asiatique. Ils sont généralement semi-vêtus, les femmes portent d’épais collier en argent. C’est l’une des tribus les plus anciennes et les plus primitives de l’Inde, dont la culture a peu changé en mille ans. Contrairement à beaucoup d’autres populations en Inde, les femmes Bondas sont plus nombreuses que les hommes. On peut les rencontrer sur les marchés locaux. Wikipedia (anglais)

Les Andamanais

Ils étaient 8 000 à vivre sur les îles Andaman avant la colonisation, ils ne sont plus que 800 aujourd’hui, répartis en cinq tribus. Voir l’article sur les tribus indigènes des Andaman.



Laisser un commentaire