Le thème est un sujet de l’Ancien Testament sur lequel se sont penchés les pères de l’Eglise pour parler de la Trinité : l’hospitalité d’Abraham.

Gn 18,1
Le Seigneur apparut à Abraham aux chênes de Mambré alors qu'il était assis à l'entrée de la tente dans la pleine chaleur du jour.

Il leva les yeux et aperçut trois hommes debout près de lui. À leur vue il courut de l'entrée de la tente à leur rencontre, se prosterna à terre et dit : « Mon Seigneur, si j'ai pu trouver grâce à tes yeux, veuille ne pas passer loin de ton serviteur. Qu'on apporte un peu d'eau pour vous laver les pieds, et reposez-vous sous cet arbre. Je vais apporter un morceau de pain pour vous réconforter avant que vous alliez plus loin, puisque vous êtes passés près de votre serviteur. » Ils répondirent : « Fais comme tu l'as dit. »
Abraham se hâta, vers la tente pour dire à Sara : « Vite ! Pétris trois mesures de fleur de farine et fais des galettes ! » et il courut au troupeau en prendre un veau bien tendre. Il le donna au garçon qui se hâta de l'apprêter. Il prit du caillé, du lait et le veau préparé qu'il plaça devant eux ; il se tenait sous l'arbre, debout près d'eux. Ils mangèrent. Ils lui dirent : « Où est Sara ta femme ?» Il répondit : « Là, dans la tente. » Le Seigneur reprit : « Je dois revenir au temps du renouveau et voici que Sara ta femme aura un fils. » Or Sara écoutait à l'entrée de la tente, derrière lui. Abraham et Sara étaient vieux, avancés en âge, et Sara avait cessé d'avoir ce qu'ont les femmes. Sara se mit à rire en elle-même et dit : « Tout usée comme je suis, pourrais-je encore jouir ? Et mon maître est si vieux ! » Le Seigneur dit à Abraham : « Pourquoi ce rire de Sara ? et cette question : ''Pourrais-je vraiment enfanter, moi qui suis si vieille ?'' y a-t-il une chose trop prodigieuse pour le Seigneur ? A la date où je reviendrai vers toi, au temps du renouveau, Sara aura un fils. » Sara nia en disant : « Je n ai pas ri », car elle avait peur. « Si, reprit-il, tu as bel et bien ri. »

La célébrité de la scène tient à plusieurs choses : au sens de l’hospitalité chez Abraham, à son respect de Dieu reconnu à travers ses visiteurs, mais surtout à l’approche du mystère de la Trinité évoqué pour la première fois dans la Bible.

Le dialogue nous présente tantôt un, tantôt trois personnages et le pluriel est étrangement mêlé au singulier : « Seigneur, dit Abraham, daigne t’arrêter … Vous vous réconforterez … ». Saint Augustin écrit en parlant d’Abraham : « il vit trois (personnes), il adora un seul (Dieu) ».

L'icône de la Trinité de Roublev

PrécédentIndexSuivant
Imprimer l'article
Fermer la fenêtre

Le thème